El Calafate, une ville au milieu de nulle part

Publié le par Jean-François

DSCN5171-bLe Lago Argentino vu depuis El Calafate.

 

Vendredi 2 octobre 2009.

 

Je suis arrivé ici à une heure du matin ! Le vol d'hier soir, à Ushuaia, était initialement prévu à 19h42. En fait, un problème assez confus de panne a entraîné l'annulation pure et simple du vol, et un autre avion a été envoyé en catastrophe d'on ne sait où... Total, nous avons décollé d'Ushuaia à 22h20, et dans l'avion nous étions dans le noir absolu, sans collation ni aucune explication. Es Argentina... Arrivé à l'aéroport d'El Calafate à plus de 23h30, il m'a encore fallu une heure et demie pour gagner ma chambre d'hôtel... Et ce matin, je me suis réveillé aux cris des bandurrias (ibis) qui imitent à la perfection les klaxons de voiture.

 

Il n'y a vraiment pas grand chose à dire d'El Calafate, aussi cet article n'en sera-t-il qu'une très courte présentation. Le nom de la ville vient d'un arbuste à fleurs jaunes et à baies noires (une variété de myrtille), dont ont fait d'excellentes confitures, et dont les Argentins raffolent. Plus encore que Puerto Madryn ou Ushuaia, El Calafate est une ville-champignon essentiellement tournée vers le tourisme. La bourgade n'a été fondée qu'en 1927 par le gouvernement argentin, pour désenclaver et développer la région. Mais jusqu'aux années 1940, on n'y comptait guère plus d'une centaine d'habitants. Le développement a commencé avec l'implantation à El Calafate, en 1943, de l'intendance du Parque nacional Los Glaciares, créé six ans plus tôt. C'est le tourisme né de la renommée croissante du Perito Moreno qui a permis l'expansion de la petite ville. La construction de l'aéroport qui, depuis 2001, met El Calafate à trois heures de Buenos Aires, a généré une véritable explosion démographique : 3.000 habitants en 1991, 6.000 en 2001 et 18.000 en 2007 !

 

Le "centre-ville" est concentré le long de l'Avenida del Libertador General San Martin, sur seulement 4 cuadras (pâtés de maisons). Agences de voyages, magasins de sport, hôtels, restaurants et bars s'y succèdent à un rythme effréné, sans aucune recherche de style.

 

DSCN6331-bL'Avenida del Libertador General San Martin.

 

DSCN6327-b

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des boutiques,

des boutiques et

encore des boutiques...

 

DSCN6322-b 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au bout de cette unique voie commerçante, se trouvent l'église et une inévitable Plazoleta San Martin :

 

DSCN6337-b

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'église.

  DSCN6334-a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La statue du

Général San Martin,

omniprésente

en Argentine.

 

 

 

Comme on peut le constater, El Calafate ne manque d'aucun équipement et pourrait presque passer pour une petite ville de banlieue. Pourtant, nous sommes ici vraiment loin de tout, ainsi que l'atteste le panneau suivant :

 

DSCN5402-b

Panneau de distances dans la principale rue commerçante d'El Calafate.

 

Ce qui fait tout l'intérêt d'El Calafate, c'est sa situation en bordure du Lago Agentino (que j'ai la chance de voir depuis la fenêtre de ma chambre), et surtout sa proximité avec le Parque nacional Los Glaciares et sa vedette, le glacier Perito Moreno. C'est précisément ce dont il va être question dans le prochain article de ce blog.

 

Voir la carte

Publié dans Villes

Commenter cet article